Des livres pour écrire !

Pour s’améliorer en écriture, aussi bien sur la plan du graphisme que sur la recherche d’idées, de concepts ou de langage, il est bon d’écrire ! Oui mais… sur quoi ? quand on est petit, qu’on se retrouve face à une feuille blanche, ce n’est pas toujours facile de raconter une histoire !

Alors on peut se faire aider de livres qui guident et donnent des tas d’idées ! On ne sait jamais où les chercher dans une librairie. Ils ne sont pas forcément dans les livres. Mais pas non plus dans les carnets. Alors je vous ai fait une sélection de ceux que j’apprécie.

Le journal d’un dégonflé : Vous connaissez peut être cette série de livres de Jeff Kinney ?Et bien, il y a aussi ce hors-série très sympa qui est un livre à écrire soi-même : Il y a des pages imprimées, des tests de personnalité, des BD à terminer ou à créer, des choses à faire ou à ne pas faire, des BD et des feuilles vides … à remplir. Je le conseille à partir du Cm2.

Dans celui-ci : Ateliers d’écriture Milan, on trouve des tas d’exercices d’écriture (comme écrire un mot d’excuse, une potion magique et d’autres sortes de choses insolites). Le livre est joli, donc on a envie de s’appliquer… et d’écrire correctement ! On peut le commencer à partir du Ce2.

Voici deux jolis livrets à spirales des éditions Usborne qui permettent d’aider un écolier à entrer dans l’univers de l’écriture. Dans le premier on va trouver des idées pour s’amuser avec l’écriture, dans le second on va pouvoir construire des histories, choisir son univers, ses personnages. Les livres sont en couleur, les illustrations jolies et variées. On a envie de se lancer ! Idéal pour les écoliers (Ce2/Cm2).

Ces livres à écrire s’adressent à des enfants qui sont un peu plus à l’aise avec l’écriture, du Cm2 au collège. Il y a moins de couleurs, mais les idées sont toujours intéressantes et permettent de guider celui qui ne sait jamais comment commencer ! Ils sont tous différents. Le mieux est de pouvoir les feuilleter pour savoir celui qui nous convient.

L’art du découpage

Le découpage fait partie des apprentissages qui vont activer la motricité fine chez l’enfant. On apprend souvent à découper à la maison puis à l’école maternelle.

Cet exercice à la maison va permettre aussi aux parents de voir quelle est la préférence manuelle de l’enfant.

Tout d’abord on apprend à tenir correctement les ciseaux : il y a deux anneaux sur une paire de ciseaux : généralement un grand anneau et un plus petit. On peut dire à l’enfant que le petit anneau est réservé au conducteur de la paire de ciseaux, et le grand pour les passagers. L’enfant doit donc mettre son pouce (le conducteur) dans le petit anneau, et les autres doigts (index et majeur, peut-être les autres si l’anneau est assez grand) dans le grand anneau. Il faut aussi lui faire remarquer que le mouvement des ciseaux doit s’écarter du corps (ne pas pointer vers soi).

Ensuite il faut leur apprendre à bien ouvrir la mâchoire des ciseaux afin de ne pas couper juste avec l’extrémité des ciseaux. Puis viendra l’étape des essais : essayer de tenir la ligne et le trait de découpe.

On découpe quoi ? on commence par une ligne droite. J’aime bien faire faire la découpe de quatre bandes de papier de même taille, et ensuite on les colle pour donner une petite boule de Noël. C’est facile et les enfants sont motivés pour en faire plusieurs.


Ensuite on peut passer aux formes géométriques.

Ici les photos sont réalisées par une droitière découpant avec des ciseaux de droitiers. Le gaucher doit évidemment utiliser des ciseaux de gaucher :  le croisement des lames est inversé. La lame du dessus se situe à droite pour un droitier et à gauche pour un gaucher. Cette disposition permet d’observer l’endroit où s’effectue la découpe sans se contorsionner. Dans le cas contraire, l’endroit de la découpe est caché par la lame du dessus. Méfiez vous des ciseaux dit « ambidextre » : une paire de ciseaux ne peut pas être ambidextre. Cela signifie seulement que les deux anneaux sont assez grands pour que l’on puisse y placer plusieurs doigts. Mais ils ne sont pas ambidextres pour autant puisqu’on ne peut pas changer la position de la lame coupante.

Puis les cercles, les courbes. Une découpe que j’aime bien aussi est celle de la rose : on trace un colimaçon sur une feuille carrée et on découpe selon la ligne à l’intérieur, puis on pourra rouler notre petit papier et il finira en rose. C’est amusant et le but plaît aux enfants.

Enfin on peut passer à des formes irrégulières.

Pour avoir d’autres renseignements sur le découpage, allez lire cet article très intéressant sur le blog de ma collègue Planète Ecriture

Bon découpage !

Conférence sur l’écriture en images

J’ai été invitée par l’association VAR (Voisins Adultes Relais) à Voisins le Bretonneux pour faire une conférence sur l’écriture, la graphologie et la graphothérapie : reportage en images

Une annonce dans le Parisien
Une association active et sympathique VAR à Voisins le Bretonneux
Une salle bien pleine
Un public attentif
Et studieux
Qui a pris des notes sur l’écriture
Et qui a posé beaucoup de questions!

Merci à tous !

Conférence sur l’écriture

Je suis invitée à faire une conférence sur l’écriture, la graphologie et la graphothérapie à l’association Voisins Adultes Relais – V.A.R . N’hésitez pas à venir si vous êtes intéressés par le sujet :


La Graphologie, la Graphothérapie et l’Ecriture
Lundi 14 janvier 2019 à 20 h 30
Maison des Associations, 37 avenue du Plan de l’Eglise
78960 Voisins-le-Bretonneux

« Cette conférence clarifiera les différences entre la Graphologie et la Graphothérapie. Elle apportera des explications utiles sur ces deux disciplines.
L’écriture de nos enfants sera expliquée.
Nous verrons ensemble comment une écriture évolue, comment on peut aider l’enfant à écrire efficacement (bien et vite), notamment en donnant quelques petites astuces utiles. 
Nous verrons aussi comment s’y prendre lorsque l’écriture pose des problèmes, et quelles démarches pour les résoudre « 

Conférence animée par Sandrine THIBIERGE, Graphothérapeute
Installée au Chesnay depuis 10 ans

Entrée 5 €, pour les adhérents 2 €
GRATUIT pour les demandeurs d’emploi (sur justificatif)
GRATUIT pour les étudiants, inscription obligatoire sur le site :
https://voisinsadultesrelais.jimdo.com

De l’importance du pouce dans la tenue du stylo

Vous connaissez ce drôle de bonhomme? 

Vous l’avez déjà vu, mais peut être avez vous oublié ce qu’il représente! Alors je vais vous expliquer à quoi correspond cette représentation et pourquoi j’en parle à propos du geste graphique. C’est un peu technique, mais allez jusqu’au bout, c’est vraiment important ! 

Dans le cerveau il y a une partie qui s’occupe de la  commande motrice des muscles du corps humain. Cette partie du cortex cérébral est nommée l’aire numéro 4. 

Lorsque l’on stimule électriquement un point de cette surface, un mouvement est produit dans une partie du corps. On peut donc voir la place accordée au contrôle et à la gestion de chaque muscle. On a pu établir une cartographie avec les parties du corps. On en a fait une représentation qui a été appelée l’homonculus de Penfield, du nom du neurologue canadien  Wilder Penfield qui l’a découverte. Cette représentation ressemble à un corps humain déformé.

Image trouvée dans un document de Neurosciences 2010

Cette représentation montre que la plus grande partie du cortex cérébral s’occupe des muscles du visage et des mains. L’homonconlus moteur est ainsi représenté avec de très grandes mains et une grosse tête, sur un tronc fluet. Jambes, bras et pieds sont de petites tailles.

La surface correspondant à la main est très grande, surtout la surface correspondant au pouce. Cela signifie que les informations données par le pouce vont être essentielles dans le traitement de l’information par le cerveau. 

Tout ça pour dire que le pouce joue donc un rôle primordial !

Donc, il ne faut pas le négliger dans la préhension du stylo.  Lorsque le pouce est mal positionné dans la tenue du stylo (par exemple dans un cas de pouce croisé sur le stylo et l’index), il ne pourra pas informer correctement le cerveau. L’appui sera donc moins efficace, la vitesse ou la lisibilité moins bonnes, puisque le cerveau n’aura pas accès aux messages proprioceptifs et sensoriels envoyés par le pouce. La modulation efficiente de la force des doigts, la précision et la synchronisation sont ajustées par ces messages. 

Si vous y réfléchissez, vous vous rendrez compte très rapidement que nous utilisons notre pouce dans toutes nos activités ou sports. Le pouce n’est pas un doigt comme les autres : associé à l’index, il forme une pince qui a permis à nos ancêtres de développer leur motricité fine et d’attraper des branches, pour se déplacer dans les arbres. Les paléontologues estiment qu’il est présent dans l’ordre des primates depuis 2 ou 3 millions d’années !

Même les légos ont une pince! 

 Rien qu’en en parlant avec une élève, elle a trouvé plein de cas où son pouce est sollicité : Pour tenir les rênes de son cheval ainsi que pour jouer sur une console avec des manettes, et son père pour jouer les petits coups d’approche au golf par exemple ! 

Je vous expliquerai la bonne préhension dans un autre article, ou en attendant vous pouvez la trouver sur le site de ma collègue en cliquant ici. 


Jeux de main ….

Pour relaxer vos mains, à n’importe quel moment de la journée, vous pouvez utiliser une balle de mousse en la malaxant ou en l’écrasant doigt par doigt.

Vous pouvez aussi utiliser une  bille ou un petit objet que vous faites rouler du creux de la main jusqu’à l’extrémité de vos doigts sans la laisser tomber.

Un autre exercice assez amusant se fait avec une feuille de papier. Il s’agit d’en faire une boulette avec seulement la main dominante. Il ne faut pas s’aider de la table ou du buste. Ensuite, il faut la défroisser, toujours avec la même main sans autre aide : juste les doigts!

Ce sont des petits exercices pour relaxer la main et les doigts, faire marcher la coordination œil main, détendre, et préparer à l’écriture.

 

 

Stylos plume pour les collègiens

IMG_4321

On nous dit sans cesse que c’est la fin du stylo plume, mais on trouve toujours des stylos plume qui restent très performants. Tout d’abord, pour le collégien et le lycéen à l’aise avec l’écriture, c’est le stylo qui revient moins cher : une cartouche dure assez longtemps et se transporte facilement.

Ensuite, c’est la plume qui se fait à l’écriture, et non la main qui se fait au stylo!

Mon préféré est le stylo plume Parker, dans sa finition en acier ou moins chère en plastique : la plume est moyenne, l’encre ne sèche jamais, il est assez petit, bonne prise en main. Les cartouches sont un peu moins pratiques, mais on peut aussi acheter une cartouche rechargeable.

Capture d_écran 2018-09-14 à 20.35.24

Stabilo a une gamme pas chère avec un roller et un stylo (6€ chacun), des coloris très sympas, le stylo est très léger.

IMG_4320

J’ai trouvé le Herlite My Pen (15€) : prise en main très agréable. J’ai pris celui pour les gauchers (c’est ma fille gauchère qui l’a testé) : le design est assez tendance, la plume est très confortable. On peut y mettre des cartouches standard.

IMG_4326

Pratique aussi, on peut faire confiance aux V-Pen (5€) : un stylo plume déjà chargé d’encre, qui se jette une fois vide. Cela dérange mon coté écolo, mais pour un enfant qui abime ses plumes, c’est finalement très pratique, d’autant plus qu’il n’est pas cher.

IMG_4332.jpg

J’ai testé d’autres choses aussi, mais je n’ai pas été satisfaite : malgré un design très joli, le stylo est trop lourd, et il sèche dès qu’on ne l’ utilise plus (Rollink/Plumink 15€). Ma fille droitière et grande utilisatrice de stylos dans son métier, a été déçue comme moi, alors que nous avions acheté 3 stylos : maintenant on arrête les frais!

Ps : mes choix sont parfaitement libres. J’achète tous mes stylos pour mes élèves ou ma consommation personnelle,  je les teste, et je vous fait part de mes choix. Aucune marque ne m’a envoyé un stylo!

N’hésitez pas à voir ma sélection pour les primaires  : cliquez ici.

Stylos plume pour les primaires

Pour bien écrire il faut avoir de bons outils !

On apprend encore à l’école à écrire avec le traditionnel bic, mais il n’est vraiment pas adapté pour tous. Je vois régulièrement des enfants qui utilisent toujours ce fameux bic : il était pratique à l’époque, mais on a désormais à notre disposition des choses tellement plus agréables. Pourquoi donc se priver ?

Il faut dire que j’achète régulièrement tous les stylos qui sortent sur le marché, j’en ai donc une bonne quantité, mes élèves les essayent tous, mais bien souvent il n’y en a qu’un qui convient.

Pour les enfants en primaire je propose rarement  le stylo plume à partir le Ce2 mais plutôt au cours du Cm1, quand l’écriture est aisée. Voici une petite sélection :

Le Faber Castell Scribolino (15€) : une valeur sure, résistant et solide, une bonne plume et une prise en main agréable. Le design est sympa pour les petits, peut être moins au goût des plus grands!

Capture d_écran 2018-09-15 à 16.25.52

Un autre stylo plume très agréable le Stabilo Easy buddy avec une prise ergonomique (15€). C’est un assez gros stylo, il vaut mieux essayer avant :

IMG_4325

 Les LAMY sont des valeurs sures : il y a un stylo plume et un stylo roller. Les deux utilisent des cartouches Lamy. Le plume traditionnel  est en bois (mais il existe en plastique), le roller est en plastique, et les deux ont une prise préformée ergonomique assez discrète pour rester agréable. Les deux fonctionnent bien, et ne sèchent pas !

Les Lamy.jpg

J’ai trouvé ce kit pour quelques euros (6€) : il contient un stylo plume, un roller à cartouche (comme le stylo plume) et un effaceur. Schneider est une de mes marques préférées pour les stylos : ils sont agréables et marchent bien.  Dans ce kit, les deux stylos sont préformés, assez fins, une prise en main souple. Même les motifs ornant les stylos sont amusants!

Ce set (Zippi-set) est une bonne affaire pour la rentrée !

Schneider Zippi

Scneider Zippi 2

Stylos plume pour les collégiens : cliquez ici

Ps : mes choix sont parfaitement libres. J’achète tous mes stylos pour mes élèves ou ma consommation personnelle,  je les teste, et je vous fait part de mes choix. Aucune marque ne m’a envoyé un stylo!

Des rollers pour la rentrée

Le roller est une bonne solution entre le stylo plume et le bic.

Il convient généralement à tous, droitier comme gaucher. Il est simple d’utilisation, bave peu et souvent pas du tout. Et on peut en trouver qui utilisent des cartouches d’encre classiques, donc il devient effaçable. Il convient aussi aux professeurs qui demandent aux élèves un stylo plume. Bonne nouvelle non?

 Maintenant, il faut choisir le bon roller!

Le Roller Schneider est mon préféré : pas trop cher (entre 5 et 8 €), solide, des cartouches classiques, une coulée d’encre régulière. En plus, sur ceux ci il y a un grip permettant de bien tenir le stylo.

Rollers schneider Pelikan nous propose une gamme sympa aussi mais les cartouches sont imposées par la marque (ça m’agace car il faut encore acheter des cartouches spécifiques qu’on ne trouve pas partout). Mais la bonne nouvelle c’est qu’ils ont réussi à proposer des cartouches effaçables  : stylo bleu sur la photo, les 3 autres sont des Schneider, le vert et le rayé orange sont à cartouches spécifiques (identiques à celle de Pélikan) et le dernier à cartouches classiques).

Stylo schneider pelikan gaucher

Parmi les premier prix, j’ai trouvé qu’ils ne se valent pas tous. Certains ne marchent pas au bout de 3 utilisations (et difficile à nettoyer), d’autres sont corrects. Le souci, c’est qu’on ne peut pas savoir si on va bien tomber : c’est l’inconvénient du premier prix!

RollersCi dessus vous pouvez voir ma sélection :

Le Maped Poivre blanc : rien à redire, petit stylo fin, bonne écriture.

Le Maped Reload : bon stylo, grip, mais le système pour mettre les cartouches n’est pas très fiable : il est compliqué,  je l’ai déjà cassé, alors pour les élèves…

Le Faber Castell est parfait, un peu cher, on ne le trouve plus partout et le design est plus adapté pour des petits.

Enfin, le Paper Mate : pas cher du tout, mais pas toujours parfait : il est petit, il ne convient qu’aux petites mains ; sur les quatre que je possède, l’un ne marche plus. De plus, la coulée d’encre est inégale, il faut souvent retoucher des lettres.

Bonne Rentrée !

Stylos pour la rentrée

Vous connaissez tous les stylos friXion, ces petits phénomènes qui permettent d’écrire, d’effacer et de réécrire à l’infini.

Au départ, j’ai regardé bizarrement ces drôles de stylos effaçables. Il y en avait dans ma jeunesse et je n’en étais pas fan. Mes enfants me les ont réclamés, mais je restais un peu sceptique.  Et puis je les ai essayé pour les enfants en difficultés d’écriture. Et je les ai vite adoptés !

Il y a 2 tailles de mine 0,5 et 0,7. C’est entre le roller et le bic : assez fluide, et qui sèche instantanément. Pratique pour les gauchers. Et effaçable : pratique pour les erreurs!

IMG_7170

Maintenant on peut trouver des feutres effaçables aussi et des surligneurs, dans des couleurs pastels ou classiques, histoire de pouvoir vraiment tout effacer.

L’avantage par rapport à un stylo plume est que l’encre ne bave pas, mais elle reste bien souple, ce qui rend le travail plus simple pour les enfants qui ont du mal à positionner leur main.

C’est une gamme que je propose donc volontiers en ré-éducation. Enfin, avantage non négligeable, ils sont disponibles un peu partout et souvent avec des promotions dans les supermarchés. Les marques des distributeurs marchent aussi très bien !

La marque Bic fait aussi des stylos effaçables avec une prise préformée pour apprendre à bien tenir son stylo :

Bic Friction

Et voici d’autres marques que j’ai trouvées, assez agréables.

Il est important de les essayer, chacun ayant un ressenti différent. Il est aussi possible de trafiquer son stylo, pour les plus bricoleurs : prendre le corps de l’un et la mine de l’autre …

Pilot Friction

IMG_4151